“Femmes de KAWABATA”
Trois pièces d’après l’œuvre de Yasunari Kawabata


kawabata

“Après la défaite de la Seconde Guerre mondiale,  Yasunari Kawabata a poursuivi sa carrière d’écrivain

avec le désir profond de revenir à la période mélancolique de l’ancien Japon.

Il pensait que si le monde du “Mono no Aware”, quintessence de l’esprit japonais, remplaçait

le monde moderne, cours irrémédiable de l’histoire, il devrait mourir par sacrifice pour ce monde en péril.

Ce spectacle met en scène les différentes figures romanesques des femmes créées par Kawabata.”

À la Maison de la culture du Japon à Paris

Jeudi 16 et vendredi 17 juin à 19h, samedi 18 juin à 16h

Tarif : 10 € / Réduit 7 € / Adhérent MCJP 5 €
Réservation : Tél : 01 44 37 95 95 / www.mcjp.fr

Das le cadre du Festival“ À PROPOS DU JAPON”

novembre 2022

Au Palais des congrès de la Grande-Motte
www.aproposdujapon.org


Avec : Hiroko, Mié Tanaka, Miyuki Koshimizu, Kiho Isshiki,Seiko Kirkham, Mamiko Mitsunaga,Ayu Ikeguchi, Sanshiro, Madame Wasabi, Maiko Yoshida, Kazuki Teramoto, Leo Villemin, Hiromi Komorita, Jinta, Hiroko Alberson, Noriko Chassery, Kokoro Hirata, Sayori Okada

Mise en scène, adaptation, chorégraphie, Montage vidéo : Sayori Okada

Traduction, sous-titrage: Vanina Luciani
Assistante mise en scène : Hiroko Inoué
Son: Lika Kato
Lumière : Fabienne Breitman
Titre:Shizumi Rousei (Calligraphe)

Réalisation vidéo:Kié Kawagishi, Noriko Tamura, Seiichiro Okada, Hanyou Amemiya,Saya Yi, Sang-Sobi Homme

Remerciements

M. Kōichirō Matsuura

( 8ème directeur général de l’UNESCO, Ancien ambassadeur du Japon en France, Co-président du Conseil d’Orientation de la MCJP)

Maison de la culture du Japon à Paris
Temple Jurinzan Koufuku
Mme Akiko Mitsuzawa Collectionneuse de Kimono
Mme Monique Gitany
Atelier éphémère
Association À Propos du Japon 
Association Culturelle Franco-Japonaise de TENRI


“Femmes de KAWABATA”Trois pièces d’après l’œuvre de Yasunari Kawabata 2020

Femmes de KAWABATA

1- Nuée d’oiseaux blancs

Une fantaisie sensuelle au parfum entêtant.

Cette histoire met en scène l’amour et la mort de Mme Ota, attirée par le fils de son amant décédé, car l’image de celui-ci l’obsédant… Souvenir inspiré de Mme Ota, belle et sensuelle comme la fée d’un bol à thé », que le fils du défunt, prénommé Kikuji, revit dans sa relation avec Fumiko, la propre fille de Mme Ota.
Au cœur du monde de la Voie du Thé, la peinture des relations humaines, tombées dans la vulgarité, se superpose à celle d’un univers à l’esthétique surréaliste, né de la sensation illusoire d’une identité symbolique entre un chef d’œuvre célèbre de bol à thé « Shino » et la chair de Mme Ota qui lui confère un parfum de sensualité.

“Femmes de KAWABATA”Trois pièces d’après l’œuvre de Yasunari Kawabata 2020

Femmes de KAWABATA

2- La troupe des Cramoisis d’Asakusa 

(Chronique d’Asakusa) 

Mœurs où se mêlent beauté et laideur.

A travers l’histoire de Yumiko, jeune fille androgyne, et le chef d’un groupe d’artistes de music-hall un peu voyous, appelée « La Troupe des cramoisis d’Asakusa», erre dans les rues d‘Asakusa pour se venger de l’homme qui a abandonné sa sœur  se déroule la peinture de la condition des personnes qui vivent dans les bas-fonds d’Asakusa. Dans le cadre de la Grande dépression mondiale, et de la vague de difficultés économiques de l’époque Shôwa, avec en arrière plan le tremblement de terre du Kantô, au cœur d’une atmosphère inquiétante, Kawabata décrit avec lyrisme les mœurs, mêlant beauté et laideur, des clochards, mendiants, prostituées, souteneurs, danseurs, monstres de foire, spectacles érotico-grotesques, spectacles de l’absurde, etc. et les phénomènes de l’ancien temps et du nouveau.

“Femmes de KAWABATA”Trois pièces d’après l’œuvre de Yasunari Kawabata 2020

Femmes de KAWABATA

3- Pays de neige

L’épure d’une existence éphémère et changeante.

C’est l’histoire d’un homme qui visite un pays où tombe la neige.Il observe les différents états des femmes qui vivent avec ferveur dans cette ville thermale, leurs oscillations, la pureté de chaque moment de leur existence éphémère. En projetant l’expression de la psychologie des émotions comme sur un miroir, rendu plus aigu par le nihilisme de l’homme.
L’histoire dépeint en extrayant l’essence de la beauté,  les efforts vains, tristes et beaux que fait une femme qui vit un amour passionné.


Comments are closed.